24Mar/12Off

Enfin du beau en Thaïlande !

Chiang Mai

Prières devant les trois roisChiang Mai est une ville en 2 parties, une ville ancienne abritée derrière sa muraille carrée et une ville nouvelle tout autour. Dans la vieille ville se trouve une multitude de temples, d'hôtels et de restaurants pour touristes alors que la ville nouvelle est plutôt destinée aux locaux avec ses magasins et ses quartiers résidentiels. En cette saison elle souffre d'une forte pollution en raison des cultures sur brûlis qui sévissent tout autour.

Ce que nous retenons surtout de cette ville ce sont ces beaux marchés dont des marchés nocturnes dont on nous dit qu'ils sont créés de toute pièce pour les touristes mais avec leurs quantité astronomiques de nourriture appétissantes dans tous les sens, ils restent intéressants tout de même. Nous profitons aussi de cette capitale du massage thaïlandais pour tester nos premiers massages asiatiques en commençant simplement par les jambes pendant une demi heure. Laeti tombe sur une jeune femme et Seb sur une dame plus expérimentée. Nous repartons les jambes légères.

Night marketNous sommes hébergés par un couple australo-vietnamien qui vit ici à Chiang Mai depuis 6 mois. Barbara qui profite de leurs fréquents déménagements dans toutes l'Asie pour alimenter son blog sur la cuisine, nous emmène dans un restaurant servant des plats typiques. Nous y allons en espérant pouvoir goûter des plats particulièrement exotiques. Le menu arbore en effet des spécialités d'insectes et nous prenons une soupe d’œufs de fourmis rouge et un plat de vers de bambou fris auquel nous ajoutons tout de même des plus grands classiques, un curry, des nems et du poulet. Malheureusement le festin est un peu trop relevé pour Laetitia qui ne trouvera pas grand chose à son goût. Seb lui se régale et finit les plats de fourmis et de vers.

Nous repartons de la ville comme d'habitude un peu fatigués, mais gonflés à bloc. Le PC est réparé, le porte bagage est ressoudé, la caméra est revissée et nous avons maintenant une bonne idée de notre itinéraire au Laos !

Phayao - Phu Chi Fa

70km + 70km, +1400m, -200m

Les montagnes nous attendentNous sortons de Chiang Mai en bus direction Phayao, petite bourgade tranquille au bord d'un lac artificiel qui sert de bassin de rétention d'eau pour l'irrigation de la plaine. Nous croisons peu de touristes dans les parages et sommes accueillis par un grand nombre de sourires et de saluts. La route plate navigue entre petits villages et champs cultivés et ne voit pas passé beaucoup de trafic, ce qui nous plaît bien. Nous prenons donc le temps de l'apprécier, mais en fin de journée le vent se lève et nous oblige à pousser sur les pédales. Au loin commencent à poindre les quelques montagnes qu'il nous faudra gravir demain. Nous avons hâte d'y être. Finalement nous arrivons à Chang Kham un peu avant la tombée de la nuit. Nous y trouvons un hôtel et de quoi manger du premier coup. Ça nous change des dernières fois où il avait fallu batailler un peu plus. À peine revenus du marché, une grosse pluie s'abat sur la ville et nous l'entendons frapper lourdement sur les volets de notre chambre. Une aubaine, ça nettoiera l'atmosphère de la poussière et de la pollution.

Sur la crêteLe lendemain nous empruntons une route qui longe la frontière entre Laos et Thaïlande. Elle nous laisse tout juste le temps de chauffer les muscles sur quelques kilomètres de plat avant de commencer à se redresser. Arrivée à une cascade nous profitons d'une petite ballade pontonnée au milieu de la forêt vers la source d'eau chaude qui est à l'origine de la cascade pour nous dégourdir les jambes. Puis c'est parti pour 30 kilomètres de montée, 10 bien raides suivis de 20 le long de la crête. Nous traversons encore une fois des champs tout verts et des forêts encore debout. Cette partie de la Thaïlande est beaucoup moins sèche que la frontière birmane. Nous montons beaucoup et ne redescendons pas souvent, ce qui a au moins le mérite de nous offrir de très belles vues sur la vallée malgré l'humidité dans l'air qui empêche de voir très loin. Les villages que nous traversons sont très rustiques, faits de cabanes en bambous simplissimes devant lesquelles sont garés de gros pick up. Le contraste est intéressant.

Finalement à 2 kilomètres du sommet, nous arrivons dans un village où un karaoké éméché bat son plein. Il se fait un peu tard et le village regorge d'hôtels. Du coup nous décidons de nous poser là. Cette journée nous a réconcilié avec les paysages thaïs.

Phu Chi Fa - Chiang Khong

93 km

En haut du Doi Phu Chi FaN'ayant pas eu notre compte de côte hier, nous entamons la journée par la visite du point de vue du Doi Phu Chi Fa, une belle falaise surplombant le Laos qui culmine aux alentours de 1600m. Pour un réveil musculaire, il est plutôt brutal. Des pentes variant de 7 à 17% se succèdent sans discontinuer et nous nous laissent respirer qu'une fois en haut. Nous sommes dégoulinants et la crème solaire en ressort même de la peau. Nous profitons de ces premières vues sur le Laos que nous atteindrons demain si tout se passe bien. Déjà une chose nous frappe. Nous ne voyons pas la moindre trace d’asphalte, juste des pistes en terre. Le pays ne semble pas trop avoir souffert de brûlis, ce qui est un bon signe.

Nous poursuivons sur la même route qu'hier qui, fidèle à elle même, nous donne bien du fil à retordre dans les montées. Cette fois cependant, elle nous gratifie régulièrement de belles descentes. De ces montagnes russes, nous profitons aussi de beaux points de vue sur la Thaïlande. La région est assez déserte en comparaison du reste du pays. Quelques petits villages apparaissent de temps en temps près de la route, mais nous ne croisons pas grand monde. La route longe une ligne de crête et les locaux se sont donnés bien du mal à accrocher leur cultures aux parois raides. Sur le coup de midi, nous atteignons le point culminant de la route juste au pied du Doi Pha Thang. Les mollets surchauffés et le ventre creux nous cédons rapidement aux appels d'un petit restaurant et de sa terrasse avec vue sur la vallée.

Arrivés en basNotre objectif de ce soir, Chiang Khong, se trouve sur les rives du Mékong au fond de la plaine. Et pour y descendre, la route ne prend pas par 4 chemins. Elle descend encore plus raide qu'elle ne nous avait fait monter et bien que campé sur nos freins, nous filons tout de même à plus de 50 km.h. Lorsque nous relâchons un peu notre poigne, nous sentons les vélos implacablement attirés par la gravité. En 8 petits kilomètres nous avons déjà redescendus plus de 800 mètres. Impressionnant. Un peu rapide aussi. Et dire qu'il nous avait fallu plus d'une journée pour grimper. Nous venons de tout redescendre en quelques minutes. Le reste de la route s'aplatit un peu et nous retrouvons plus de vie. Des échoppes de cappuccino, des vendeuses de beignets de banane, tout ce qu'il faut pour nos deux gourmands.

C'est notre dernière journée de pédalage en Thaïlande. Demain matin, nous filons au Laos, qui au dire de quelques cyclistes thaïs croisés en ville est un superbe pays de vélo.

Remplis sous: thailande, voyage Commentaires
Commentaires (3) Trackbacks (0)
  1. Belle routes les amoureux
    merci pour ces photos merveilleuses et dépaysantes
    Amusez vous bien.
    profitez bien
    je vous embrasse

  2. seb, tu as vraiment mangé des insectes????? beurk !!!!

    • 😉 yep, et j’espère bien pouvoir en regoûter d’autres si l’occasion se présente. Je ferais pas non plus un détour pour ça, ça manque un peu de goût quand même.


Laisser un commentaire


Aucun trackbacks pour l'instant